VITAMINE D3 ET IMMUNITE

La vitamine D ou calciférol, appartient au groupe des vitamines liposolubles. Il existe deux formes de vitamine D, la vitamine D2 (ergocalciférol) synthétisée par les végétaux et la vitamine D3 (cholécalciférol) présente chez les animaux (HAS, 2013). La vitamine D3 provient essentiellement de la synthèse cutanée sous l’action des UVB. La quantité synthétisée est dépendante notamment de l’heure de la journée, de la saison, de la latitude, de la surface de peau exposée, de la pigmentation de la peau et de l’utilisation ou non de crème solaire (HAS, 2013). C’est pourquoi, le risque de déficit est plus important en hiver, particulièrement aux latitudes de la France métropolitaine (Futura Sciences).

L’apport de vitamine D3 dans l’alimentation

L’alimentation peut également apporter de la vitamine D mais en faible quantité. Quelques aliments contiennent en effet naturellement de la vitamine D. Il s’agit principalement de poissons gras (foie de morue, saumon, sardine, maquereau…), du jaune d’œuf et de champignons (shiitake) (Futura Sciences, HAS 2013). En France, environ 80 % de la population n’a pas suffisamment de vitamine D (Futura Sciences). La capacité de l’organisme à absorber ou à synthétiser la vitamine D diminuant avec l’âge, les personnes âgées constituent une population particulièrement vulnérable vis-à-vis du déficit en vitamine D (ANSES).

La vitamine D est essentielle au bon fonctionnement de notre organisme (ANSES). Elle est connue pour son rôle dans la régulation des niveaux de calcium et de phosphore, ainsi que dans la minéralisation osseuse (SFMPL). Mais la vitamine D exerce un grand nombre d’effets biologiques et elle est notamment impliquée dans la différenciation et l’activité des cellules du système immunitaire (ANSES).

Un rôle prépondérant sur le système immunitaire

Le premier indice du rôle prépondérant de la vitamine D sur le système immunitaire provient de la découverte de la présence du récepteur de la vitamine D sur presque toutes les cellules du système immunitaire ! (Martens et al. 2020). De façon générale, la vitamine D3 active le système immunitaire. La présence de vitamine D3 va favoriser l’expression de molécules antimicrobiennes par les cellules épithéliales et les macrophages en présence d’un agent infectieux. Les macrophages jouent un rôle clé dans l’initiation de réponses immunitaires contre un large spectre d’agents pathogènes. Ce rôle consiste à phagocyter, c’est à dire à englober et détruire des pathogènes (virus ou bactéries) ou des débris cellulaires puis à les éliminer. (SFMPL)

Au cours des dernières décennies, de plus en plus d’études scientifiques ont révélé l’association existante entre la carence en vitamine D et un risque accru de contracter diverses maladies infectieuses. Une carence en vitamine D3 est associée à un risque accru d’infections virales, dont le VIH et la grippe. De faibles niveaux en vitamine D3 semblent également être un facteur de risque pour la tuberculose (SFMPL). Une vaste revue systématique (portant sur 10 933 sujets) a mis en évidence que la supplémentation en vitamine D (D2 et D3) protégerait contre les infections aiguës des voies respiratoires dans une population déficiente en vitamine D, en particulier chez les personnes recevant une supplémentation quotidienne ou hebdomadaire. (Martens et al. 2020, Martineau et al. 2017).

HAS, Utilité clinique du dosage de la vitamine D, Janvier 2013

https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/medecine-vitamine-d-faut-il-prendre-hiver-8469/

https://www.anses.fr/fr/content/vitamine-d-pourquoi-et-comment-assurer-un-apport-suffisant

https://www.sfmpl.fr/vitamine-d-et-immunit%C3%A9 (Société Française de Médecine et de Physiologie de la Longévité)

Martens et al. Vitamin D’s Effect on Immune Function, Nutrients 2020, 12(5), 1248

Martineau et al. Vitamin D supplementation to prevent acute respiratory tract infections: Systematic review and meta-analysis of individual participant data. BMJ 2017, 356, i6583.