LE RÔLE ANTI-INFLAMMATOIRE DES OMEGA-3

Comment les oméga-3 peuvent-ils jouer un rôle anti-inflammatoire

Les acides gras oméga-3 EPA et DHA ont des rôles bien connus en tant qu’agents anti-inflammatoires par un certain nombre de mécanismes. Le métabolisme des acides gras oméga-3 et oméga-6 utilise les mêmes systèmes enzymatiques. Les deux familles d’oméga entrent donc en compétition. Ainsi la modification de l’apport alimentaire en oméga-3 et/ou oméga-6 favorise l’un des deux métabolismes. Les acides gras oméga-6 conduisent à la production d’acide arachidonique et de produits inflammatoires par l’action de la cyclo-oxygénase. Nous avons l’avantage d’inhiber la cyclo-oxygénase (Cox) lorsque nous prenons de l’aspirine pour réduire la douleur et le gonflement.

Le régime alimentaire occidental, trop riche en oméga-6, fait pencher la balance en faveur d’un rapport oméga-6:oméga-3 élevé et indésirable. On consomme 16 fois plus d’oméga-6 que d’oméga-3. Selon la recommandation de l’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments), le rapport devrait être de 5 pour 1.

L’apport d’oméga-3 par le régime alimentaire ou la supplémentation peut contrebalancer ce déséquilibre. Ceci est important car l’augmentation des oméga-3 dans une cellule réduit la capacité du Cox à convertir l’acide arachidonique en médiateurs inflammatoires (prostaglandines et thromboxane).

Les acides gras oméga-3 sont également des précurseurs des resolvines, des maresines et des protectines, connus collectivement sous le nom de médiateurs spécialisés pro-résolution (MPS). Ces molécules agissent pour résoudre l’inflammation et réparer et restaurer les tissus à leur état initial.

Les MPS inhibent la production de cytokines inflammatoires et réduisent l’activité des cellules immunitaires. Ils inhibent la migration des neutrophiles et leur entrée dans le site inflammatoire. Les MPS favorisent la phagocytose des cellules apoptotiques par les macrophages, ce qui signifie qu’ils encouragent les macrophages à nettoyer le désordre après l’inflammation en mangeant les cellules mortes restantes. Les MPS favorisent également la mort des cellules qui ont « décidé » de mourir en raison de dommages excessifs, un processus connu sous le nom d’apoptose, et nettoient ainsi le site des débris.

Les résultats d’études menées principalement chez les enfants montrent que la supplémentation en oméga-3 améliore l’état de santé des patients souffrant d’infections respiratoires, de lésions pulmonaires et de détresse respiratoire aiguë (Pecora).

Inhibition de l’entrée et de la réplication

Si l’activité des oméga-3 est principalement axée sur les actions anti-inflammatoires, il est également prouvé qu’ils peuvent également inhiber l’entrée et la réplication des virus. La protéine ACE2 fait partie des radeaux de la membrane lipidique ; comme son nom l’indique, il s’agit de zones de la membrane cellulaire où les protéines, les cholestérols et d’autres lipides spécifiques se rassemblent en grappes pour permettre une signalisation cellulaire efficace. Les acides gras EPA et DHA incorporés dans la membrane cellulaire (en tant que partie des phospholipides) régulent la fluidité de la membrane et perturbent l’assemblage des radeaux et impactent la signalisation de la membrane cellulaire. De cette manière, les acides gras oméga-3 réduisent l’activité inflammatoire des cellules T CD4+ (Hou).

L’EPA et le DHA ont également des actions sur un certain nombre de récepteurs impliqués dans l’inflammation. Les acides gras oméga-3 se lient aux PPAR qui ont une activité anti-inflammatoire et ont été proposés comme cible pour inhiber la tempête de cytokines chez les patients atteints de Covid (Ciaverella). Une interaction complexe entre la lipotoxicité, les récepteurs nucléaires régulant la biosynthèse des lipides et la mortalité et la morbidité de la Covid commence à être décrite. Les acides gras oméga-3 pourraient jouer un rôle dans la réduction de la toxicité par interaction avec les récepteurs nucléaires qui régulent la lipogenèse de-novo (Weill). Comme la plupart des recherches sur la Covid , il s’agit d’un domaine de croissance et de découverte.

Les oméga-3 qui préviennent la maladie

Comme indiqué ci-dessus, l’activité anti-inflammatoire des oméga-3 peut contribuer à réduire l’issue pathologique de l’infection et la modification des molécules de signalisation peut empêcher le virus de pénétrer dans l’organisme et de se répliquer. Il semblerait donc que les oméga-3 puissent agir de manière prophylactique contre l’infection par le SAR-CoV-2.
Les premiers résultats de haut niveau d’une étude épidémiologique menée sur 250 000 volontaires en Norvège (Koronastudie) montrent que les personnes qui consomment des oméga-3 ont un taux d’infection plus faible que celles qui ne prennent pas de suppléments d’oméga-3. Cette hypothèse est actuellement testée dans le cadre d’un essai clinique sur 80 000 volontaires (Transtudie).

Poisson jaune avec texte Epax

Les huiles Epax et la COVID

La pandémie de COVID est la plus grave chez les patients âgés et chez ceux qui présentent des problèmes de santé sous-jacents. Certaines de ces conditions peuvent être améliorées grâce à une supplémentation en oméga-3, notamment :

  •  L’hypertension (pression artérielle élevée)
  • Le Diabète
  • Une maladie du foie

Dans la lutte contre la COVID, les oméga-3 peuvent aider de deux manières principales. Notre santé générale est un facteur vital dans notre capacité à faire face au stress physique. Notre capacité à lutter contre les infections virales est accrue lorsque nous sommes en bonne santé générale et que notre système immunitaire fonctionne bien (Calder 2020). Les oméga-3 contribuent à la santé générale grâce à des actions reconnues sur la santé cardiaque et la santé des lipides sanguins.

L’inflammation provoque des lésions pulmonaires mortelles avec la COVID et une supplémentation en oméga-3 a été proposée comme agent potentiel pour aider au traitement des symptômes de la COVID (Szabo, Weill). L’action anti-inflammatoire des oméga-3 dépend de la dose et plus il y a d’EPA et de DHA dans la membrane cellulaire, plus l’activité anti-inflammatoire est susceptible d’être bonne. Des concentrations élevées d’EPA et de DHA sont donc plus susceptibles d’avoir des effets bénéfiques que des concentrations faibles (Khoramipour).

Les réglementations actuelles en Europe recommandent au moins 250 mg par jour chez les personnes normales en bonne santé. Sachant que l’effet anti-inflammatoire de l’EPA et du DHA dépend de la dose (Calder 2010) et que l’infection par la COVID peut provoquer une réponse inflammatoire mortelle, l’ingestion d’un concentré d’oméga-3 élevé a été suggérée comme une action préventive facile et sûre contre la COVID-19 (Szabo, Weill, Khoramipour, Calder 2020).

Calder PC. Omega-3 fatty acids and inflammatory processes. Nutrients. 2010 Mar;2(3):355-74.
Calder PC, 2020.Carr AC, Gombart AF, Eggersdorfer M. Optimal Nutritional Status for a Well-Functioning Immune System Is an Important Factor to Protect against Viral Infections. Nutrients. 2020 Apr 23;12(4):1181.
CDC: https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/need-extra-precautions/people-with-medical-conditions.html#:~:text=Hypertension%20or%20high%20blood%20pressure,Liver%20disease
de la Rica R, Borges M, Gonzalez-Freire M. COVID-19: In the Eye of the Cytokine Storm. Front Immunol. 2020
Ciavarella C, Motta I, Valente S, Pasquinelli G. Pharmacological (or Synthetic) and Nutritional Agonists of PPAR-γ as Candidates for Cytokine Storm Modulation in COVID-19 Disease. Molecules. 2020 Apr 29;25(9):2076
Hou TY, McMurray DN, Chapkin RS. Omega-3 fatty acids, lipid rafts, and T cell signaling. Eur J Pharmacol. 2016 Aug 15;785:2-9.
Khoramipour K, Basereh A, Hekmatikar AA, Castell L, Ruhee RT, Suzuki K. Physical activity and nutrition guidelines to help with the fight against COVID-19. J Sports Sci. 2020 Aug 25:1-7.
Koronastudie: https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04320732?term=NCT04320732&draw=2&rank=1
Transtudie: https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04609423?term=NCT04609423&draw=2&rank=1
Pecora F, Persico F, Argentiero A, Neglia C, Esposito S. The Role of Micronutrients in Support of the Immune Response against Viral Infections. Nutrients. 2020 Oct 20;12(10):3198.
Szabó Z, Marosvölgyi T, Szabó É, Bai P, Figler M, Verzár Z. The Potential Beneficial Effect of EPA and DHA Supplementation Managing Cytokine Storm in Coronavirus Disease. Front Physiol. 2020 Jun 19;11:752.
Weill P, Plissonneau C, Legrand P, Rioux V, Thibault R. May omega-3 fatty acid dietary supplementation help reduce severe complications in Covid-19 patients? Biochimie. 2020 Sep 10:S0300-9084(20)30209-1.