ASTAXANTHINE ET SYSTEME IMMUNITAIRE

Le système immunitaire

Le système immunitaire, comme son nom l’indique, n’est pas un organe unique comme le cœur ou le foie. Il s’agit plutôt d’une coopération très sophistiquée entre des barrières, des cellules et des biomolécules qui communiquent entre elles de manière extraordinairement complexe (Abbas et al., 2017).

Ce système est toujours actif, effectuant une surveillance constante dans tout le corps pour fournir une réponse rapide à l’infection. Il est mis en alerte lorsqu’un individu est infecté. Cette activité augmentée s’accompagne d’un métabolisme accru, nécessitant des sources d’énergie, des substrats pour les activités de biosynthèse et des molécules de régulation, qui proviennent de l’alimentation. Il est bien établi que la nutrition joue un rôle important dans la fonction immunitaire.

L’activation de la réponse immunitaire induit la production de médiateurs dérivés des lipides, tels que les prostaglandines et les leucotriènes, et de nombreux types de protéines différentes, notamment les immunoglobulines, les chimiokines, les cytokines, les récepteurs de cytokines, les molécules d’adhésion et les protéines de phase aiguë. La synthèse de l’ensemble de ces molécules nécessite la disponibilité d’acides gras et d’acides aminés spécifiques (Calder et al., 2020).

Les acides gras peuvent moduler
les fonctions immunitaires de la cellule
en influençant sa structure, son métabolisme et sa fonction

La meilleure façon de renforcer votre système immunitaire est de suivre les recommandations générales en matière de santé. Prendre soin de son corps est la meilleure mesure préventive, pour contribuer au bon fonctionnement du système immunitaire. De nombreuses cellules immunitaires sont en place avant même l’infection, une bonne nutrition est donc un gage d’une fonction optimale.

Les acides gras peuvent moduler les fonctions immunitaires de la cellule en influençant sa structure, son métabolisme et sa fonction, ceci en interagissant avec des protéines de surface, des transporteurs membranaires ou encore des récepteurs intranucléaires. (Radzikowska et al., 2019). Les acides gras oméga-3 sont connus pour posséder d’importantes fonctions immuno-régulatrices et doivent être incorporés dans les membranes des cellules immunitaires afin d’assurer une réponse immunitaire adaptée et permettre à l’organisme de se défendre contre les infections (Gutiérrez et al., 2019).

Votre première ligne de défense est de choisir un mode de vie sain.

L’astaxanthine, un puissant immunomodulateur

L’activité de toute cellule, y compris les cellules immunitaires, génère des espèces réactives de l’oxygène (ROS) et des radicaux libres, ce qui induit un stress oxydatif. Le stress oxydatif peut également être d’origine exogène et être causé par des polluants ou encore des virus qui sont susceptibles d’entraîner une production excessive de ROS (Chew & Park, 2009).

Les cellules immunitaires sont particulièrement sensibles au stress oxydatif car leur membrane plasmique renferme un pourcentage élevé de lipides polyinsaturés qui sont très aisément oxydables. Comme ces cellules sont particulièrement exposées, elles bénéficieraient donc de la présence de molécules susceptibles de contrecarrer l’oxydation.

L’astaxanthine a une activité antioxydante
10 fois plus élevée que d’autres caroténoïdes

L’astaxanthine est un pigment rouge-orange soluble dans les lipides appartenant à la famille des caroténoïdes. Il se trouve principalement dans le milieu marin et est responsable de la couleur rouge des salmonidés et des crustacés.

L’astaxanthine naturelle est sûre et possède des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et immunomodulatrices. Il a été rapporté que l’astaxanthine a une activité antioxydante particulièrement élevée : 10 fois plus élevée que d’autres caroténoïdes tels que la lutéine, la canthaxanthine et le β-carotène et 100 fois plus élevée que l’alpha-tocophérol (Miki, 1991).

L’astaxanthine est une molécule amphiphile qui peut donc être aisément intégrée dans les bicouches lipidiques membranaires (figure 1 et 2). Contrairement à la plupart des antioxydants, qui exercent leur activité soit sur la face interne de la membrane (par exemple, la vitamine E et le β-carotène), soit sur la face externe (par exemple, la vitamine C), l’astaxanthine peut piéger et neutraliser les espèces réactives de l’oxygène (ROS) et les radicaux libres (anion superoxyde, peroxyde d’hydrogène, oxygène singulet, etc.) à la fois dans les couches interne et externe de la membrane cellulaire (Hussein et al., 2006). La capacité de l’astaxanthine à piéger les ROS est environ 6000 fois supérieure à celle de la vitamine C, 800 fois supérieure à celle de la coenzyme Q10 et 550 fois supérieure à celle de la vitamine E (Zhang et al., 2016).

L’huile de Calanus est l’huile marine la plus riche
en astaxanthine recensée à ce jour

L’astaxanthine pourrait jouer un rôle essentiel dans la régulation du stress oxydatif induit par les ROS au stade précoce d’une infection, ainsi que dans la modulation des réponses immunitaires et la répression des composants pro-inflammatoires (étude exhaustive de Talukdar et al., 2020). Les actions immunomodulatrices, anti-inflammatoires et antioxydantes de l’astaxanthine ont été démontrées par l’intermédiaire d’études menées sur l’Homme, dont les doses en astaxanthine étaient comprises entre 2 et 40 mg/jour. De nombreuses études ont montré que la consommation d’astaxanthine est sans danger pour l’Homme et que sa biodisponibilité est plus élevée sous forme d’esters d’astaxanthine (Yuan et al., 2011). En outre, l’astaxanthine étant un composé liposoluble, son absorption est accrue lorsqu’elle est consommée avec des huiles alimentaires.

L’huile de Calanus est l’huile marine la plus riche en astaxanthine recensée à ce jour, avec une teneur moyenne de 1800 ppm. Une dose quotidienne d’huile de Calanus peut fournir jusqu’à 4 mg d’esters d’astaxanthine et apporte également des acides gras polyinsaturés oméga-3, indispensables au quotidien et dont les bienfaits santés sont largement décrits dans la littérature.

 Orientation transversale de l’astaxanthine dans la membrane cellulaire. Les groupes polaires terminaux de la molécule d’astaxanthine chevauchent les têtes polaires des lipides membranaires, tandis que la partie centrale apolaire de la molécule est en contact avec les queues apolaires des lipides membranaires (modifié d’après Pashkow et al., 2008).

Abbas, K. A., Lichtman, A. H., & Pillai, S. (2017). Cellular and Molecular Immunology (9th ed.). Philadelphia: SaundersElsevier.

Calder, P. C., Carr, A. C., Gombart, A. F., & Eggersdorfer, M. (2020). Optimal Nutritional Status for a Well-Functioning Immune System Is an Important Factor to Protect against Viral Infections. Nutrients, 12(4), 1181. Retrieved from https://www.mdpi.com/2072-6643/12/4/1181

Chew, B. P., & Park, J. S. (2009). The Immune System. In G. Britton, H. Pfander, & S. Liaaen-Jensen (Eds.), Carotenoids: Volume 5: Nutrition and Health (pp. 363-382). Basel: Birkhäuser Basel.

Gutiérrez, S., Svahn, S. L., & Johansson, M. E. (2019). Effects of Omega-3 Fatty Acids on Immune Cells. International journal of molecular sciences, 20(20), 5028. doi:10.3390/ijms20205028

Hussein, G., Sankawa, U., Goto, H., Matsumoto, K., & Watanabe, H. (2006). Astaxanthin, a Carotenoid with Potential in Human Health and Nutrition. Journal of Natural Products, 69(3), 443-449. doi:10.1021/np050354+

Miki, W. (1991). Biological functions and activities of animal carotenoids. Pure and Applied Chemistry, 63(1), 141-146. doi:https://doi.org/10.1351/pac199163010141

Pashkow, F. J., Watumull, D. G., & Campbell, C. L. (2008). Astaxanthin: a novel potential treatment for oxidative stress and inflammation in cardiovascular disease. Am J Cardiol, 101(10a), 58d-68d. doi:10.1016/j.amjcard.2008.02.010

Radzikowska, U., Rinaldi, A. O., Çelebi Sözener, Z., Karaguzel, D., Wojcik, M., Cypryk, K., . . . Sokolowska, M. (2019). The Influence of Dietary Fatty Acids on Immune Responses. Nutrients, 11(12), 2990. doi:10.3390/nu11122990

Talukdar, J., Bhadra, B., Dattaroy, T., Nagle, V., & Dasgupta, S. (2020). Potential of natural astaxanthin in alleviating the risk of cytokine storm in COVID-19. Biomed Pharmacother, 132, 110886. doi:10.1016/j.biopha.2020.110886

Yuan, J.-P., Peng, J., Yin, K., & Wang, J.-H. (2011). Potential health-promoting effects of astaxanthin: A high-value carotenoid mostly from microalgae. Molecular Nutrition & Food Research, 55(1), 150-165. doi:https://doi.org/10.1002/mnfr.201000414

Zhang, Z.-W., Xu, X.-C., Liu, T., & Yuan, S. (2016). Mitochondrion-Permeable Antioxidants to Treat ROS-Burst-Mediated Acute Diseases. Oxidative medicine and cellular longevity, 2016, 6859523-6859523. doi:10.1155/2016/6859523